Street scenery in Santiago de Cuba
Les provinces de Santiago de Cuba, Granma et de Guantanamo forment l’extrême est de l’île, le célèbre Oriente. Les montagnes de la Sierra Maestra (Pico Turqino 1 974 m), de Nipe, Sagua et Baracoa, forment l’accident géographique le plus remarquable de cette région. Santiago de Cuba, nichée dans une baie magnifique, est une cité pleine de vie où la musique est omniprésente et où les activités culturelles abondent. Faute de la magnificence des palais de La Havane, cette ville est le cœur battant de la scène musicale du pays. Environnée de paysages magnifiques et de nombreux sites archéologiques antérieur à la conquête, l’est est devenu très populaire auprès des voyageurs solitaires. L’arrivée de nombreux immigrants haïtiens, français et jamaïcains au XIXe siècle a modifié l’architecture espagnole que l’on retrouve dans la plupart des villes cubaines. En suivant vers l’Ouest, la province de Granma, fondée en 1975 en mémoire du bâteau sur lequel débarquère Fidèle Castro et sa petite troupe (2.12.1956), regorge de richesses naturelles en plus d’être un lieu complètement écarté des circuits touristiques traditionnels. Bien qu’il se développe, surtout entre Pilón et Marea del Portillo, mieux vaut avoir sur soit des pesos cubains. À Bayamo par exemple, la capitale de la province, la Noche Cubana, une manifestation hebdomadaire (samedis soir) où les gens, les bars et les restaurants s’emparent de la rue, tout se paye en pesos cubains. D’autres sites, comme Manzanillo et en particulier, Niquero, constituent de véritables expériences hors-temps, très propices à une érrance tranquille, tant sur le plan urbain que sur le plan balnéaire. À l’extrême est de l’Oriente l’on retrouve la fameuse province de Guantanamo avec la curieuse histoire de la base navale américaine (traité américano-cubain 1903). La ville de Guantanamo est un bel exemple de cette architecture du XIXe siècle, héritée des immigrants haïtiens, jamaïcains et français. Baracoa, la plus orientale des villes cubaines, est un lieu idéale pour se reposer au bord de la mer. Enlacée au réseau routier cubain par une spectaculaire et renommée route dénominée La Farola, son itinéraire, aggrippé aux flancs de montagnes abritant une forêt tropicale luxuriante, offre des paysages magnifiques, notamment entre Baracoa et Santiago. Historiquement, l’Oriente a toujours été considéré comme un foyer révolutionnaire, ça a été le cas lors des conflits qui ont aboutit à l’indépendance de Cuba en 1902 (Guerre de Dix Ans 1868-1878 et Guerres d’Indépendance 1895-1898) ainsi que lors de la Révolution Castriste en 1959. D’ailleurs, Antonio Maceo (1845-1896), est probablement l’une des figures révolutionnaires des plus percutantes de l’histoire de Cuba, au même titre que Fidel Castro. D’ailleurs, de nombreux sites historiques peuvent encore être visités aujourd’hui, comme le site du débarquement du Granma, le QG des castristes dans la Sierra Maestra (Alto del Naranjo) ou la caserne Montcada à Santiago, entre autres.